Création d’entreprise et peur de l’échec !

Création d’Entreprise et peur de l’échec !PeurEchec

Nous savons, de par les différents sondages de ces dernières années, qu’1 Français sur 3 souhaiterait créer son entreprise. D’autre part, 7 français sur 10 affirment que, créer son entreprise, serait plus valorisant que le salariat. Je vous invite d’ailleurs à consulter ce sondage très révélateur : Les français et l’esprit d’Entreprise

Ces enquêtes nous amènent à une projection de 15 millions d’entrepreneurs potentiels. Alors pourquoi en nous en sommes actuellement à 4 millions d’entreprises seulement ?

La question n’est pas souvent mise en avant, mais la plupart des individus sont souvent tétanisés à l’idée de sauter dans l’inconnu, de sortir du pseudo confort du salariat, de se retrouver responsables de tous leurs actes et de leurs conséquences. C’est ainsi que beaucoup renoncent et repartent vers le salariat, mettant en avant des raisons extérieures (pressions familiales,  pas le bon moment, crédits en cours, etc. )

Et pourtant, est-ce vraiment risqué de créer son entreprise en France ?

Le statut de l’auto-entrepreneur a permis à beaucoup d’aspirants à la création d’entreprise de se tester, d’évaluer leurs capacités à entreprendre et à développer une entreprise. Les charges minimales et l’absence d’engagement ont séduit beaucoup d’apprentis entrepreneurs, mais seul un petit nombre d’entre-eux se sont engagés dans un véritable projet à long terme.

Pourquoi ? Parce que pour beaucoup, ce n’était qu’un ballon d’essai, qu’un moyen de facturer des prestations occasionnelles, qu’une possibilité de générer légalement des revenus complémentaires (retraités, salariés…). Ce statut a cependant été une véritable révélation pour d’autres. Certains y restent car ce régime leur convient dans le cadre de leur activité et de leur situation familiale, d’autre rejoignant les statuts classiques permettant un véritable développement sur le long terme.

Mais où se trouve le risque ?

Dans le contexte d’aujourd’hui, le salariat génère une dépendance non maîtrisée. Certes, on perçoit un salaire toutes les fins de mois, on a des congés payés, parfois même, des avantages d’entreprise. Mais en terme d’épanouissement, le salarié doit gérer la frustration de ne pas peser dans les décisions, de devoir suivre une politique d’entreprise à l’aveugle. Et pour les cadres hauts placés, au centre des décisions, leurs sièges sont éjectables et la pression est maximale. D’autre part, le risque de se retrouver licencié, pour des raisons économiques notamment, c’est avoir l’impression que son engagement n’a servi à rien et n’a pas eu de sens.

Le recherche du sens est une des motivations premières de l’entrepreneur passant bien avant l’argent, même si ce dernier a son importance. Je parlerais plutôt de capacité à s’en sortir par ses propres moyens tout en étant relativement maître de son destin.

Ne pas concrétiser le rêve de créer son entreprise, c’est souvent le fait de méconnaître les dispositifs qui sécurisent les projets. En effet, bien organisé, ce n’est pas si compliqué (voir http://guideducreateur.com/creation-entreprise-facile/). Vous disposez d’un arsenal de financements garantis (sans caution et sans remboursement en cas d’échec), du Crowdfunding, de diverses exonérations temporaires (Accre etc.).

Et si vous étiez salarié, donc demandeur d’emploi indemnisé, vous disposez de l’ARCE (L’Aide à la Reprise ou la Création d’Entreprise), donc 45% de vos droits se transforment en apport donnant droit souvent à un montant de 2/3 supplémentaire auprès des organismes financiers. C’est une bonne base pour démarrer, non ? De plus vous récupérez le moitié de vos droits restant si vous échouez dans les 3 ans. Vous avez aussi l’alternative d’opter pour le maintien d’une partie de vos allocations, même si je vous conseille la 1ère solution pour diverses raisons.

Préférez-vous attendre que ça se passe, de toucher vos allocations, de perdre la valeur de vos compétences ? Préférez-vous dépendre des autres et de leurs décisions ? Ou préférez-vous aller de l’avant, vous épanouir dans votre propre entreprise, seul, en réseau ou (et) avec d’autres  ?

Votre guide vous aidera à y voir plus clair et à concrétiser vos projets. www.guideducreateur.com

Franck BEUTTIN

Franck BEUTTIN

Ce contenu a été publié dans Actualités, Blog. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.